Le billet de Franck Lebeauf

On donne parfois la parole à des gens qui feraient mieux de ne pas la prendre. Le sieur Leboeuf, champion du monde de foot 1998 (bon aussi c’est un sport co où tu peux être champion sans jouer) nous fait partager sa science du cyclisme. Exit Paulo la science (Jean-Paul Ollivier), bienvenue Frank Lebeauf (!).
Son début de billet annonce du lourd. Monsieur se marre de voir deux coureurs chuter sur des jardinières. T’as raison Franky, c’est bidonnant, pas comme les séances de chutes cinoches des footeux.
Je passe sur la soi-disant découverte du dopage par cet athlète professionnel de haut niveau. C’est vrai, on n’a jamais rien pris dans le foot, non, ou alors à l’insu de ton plein gré ?
Et il termine par LA preuve ultime que les cyclistes sont obligatoirement dopés. Je rappelle quand même que nous avons là un véritable spécialiste international du cyclisme de compétition.
Leboeuf s’était  souvent demandé comment ces « mecs » (pourquoi les guillemets ? Tu remets en doute leur virilité ?) faisaient pour grimper quatre cols un jour, puis trois le lendemain et quatre autres le jour suivant ! La seule conclusion, à l’époque, était qu’il avait affaire à des surhommes ! Il conclut en écrivant : « Eh bien, non !
Bravo Franky, ça c’est de l’analyse. Mais il ne t’est jamais venu à l’esprit que ces « mecs » sont des athlètes professionnels de haut niveau qui font sur leur vélo 30000 km chaque année, c’est leur métier, ils sont capables de passer tous les cols, après tout dépend de l’intensité de la course. Pour info, le moins bon des grimpeurs du peloton pro, un sprinteur à grosses cuisses par exemple, sera toujours devant les meilleurs coureurs amateurs dans une épreuve de montagne, alors imagine à côté d’un pauvre footeux.
Monsieur Leboeuf, s’il vous plaît, occupez vous de ce que vous connaissez. Si le dopage vous insupporte allez d’abord balayer devant votre porte. Pour info, un petit historique du dopage dans le foot, cliquez ici.

Edit du 9 avril : cet article est paru dans le quotidien gratuit Direct Soir du 7 avril.

Publicités

Une réflexion sur “Le billet de Franck Lebeauf

  1. Tu sais Nikkos, moi qui suis la plume, que dis-je, la négresse, d’un député et de bien d’autres personnes, je peux te dire que,[Salut] sans l’ombre d’un doute, le monsieur n’a pas écrit une lettre de ce billet d’humeur.Il s’est probablement contenté de passer un coup de fil pour donner deux trois « idées »… Non, le plus consternant, au final, est que ce petit torchon a été écrit par un autre gros nul Ah et sinon, WHAOU le design, c’est du lourd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s