Carte postale de Corse

On dénombre plusieurs feux de forêts en ce moment sur la Côte d’Azur et la Corse. On fait ce qu’on peut pour lutter contre les incendies. Il est vrai que ça soufflait fort.

20170725_174439

Publicités

La gifle

Je me la fais Gad Elmaleh : Je rêve d’une banque…d’un pays où un politicien qui aurait été désavoué par le suffrage ou par le résultat de sa politique ne se représente pas à une élection. Or, que dire de messieurs Fillon et Valls qui ont tous deux été premier ministre, l’un d’un Président battu lors de sa tentative de réélection et l’autre d’un Président qui renonce à se présenter à sa propre succession dans un éclair de lucidité. Tous deux sont pour moi aussi comptables du rejet et de l’échec de leur Président. Siouplait messieurs, si vous pouviez prendre du recul, prendre votre retraite politique, laisser votre place à de nouveaux talents peut-être, ça serait sympa.

Et pour finir une image inédite du film La gifle de Claude Pinoteau paru en 1974, où l’on voit Lino Ventura balancer une bonne mandale à Manuel Valls, en attendant la gifle électorale qu’il ne manquera pas de se prendre.

lagifle

Pour info : http://www.lemonde.fr/primaire-de-la-gauche/article/2017/01/18/manuel-valls-la-gifle-et-la-riposte_5064424_5008374.html

Des claquettes dans les étoiles

Année de merde, voilà c’est dit, c’est ce qu’aura été 2016, jusqu’au bout. Quoique, on n’est que le 29 aujourd’hui, il reste encore deux jours qui peuvent faire pencher la balance.

Dimanche dernier, jour de Noël, j’ai regardé à la télé pour la première fois de ma vie « Chantons sous la pluie » avec Gene Kelly et Debbie Reynolds. L’occasion ne s’était jamais présentée jusqu’alors. J’ai passé un très bon moment, de beaux numéros de danse, de claquettes, de chansons, une histoire qui a dû influencer « The Artist« . Je me suis dit qu’il était temps que je regarde ce film si connu le jour de mes 56 ans alors qu’il avait été tourné 8 ans avant ma naissance.

Vient le 27 décembre où j’apprends la mort de Carrie Fisher, la célèbre interprète de la princesse Leia, à l’âge de 60 ans. Ça m’a fichu un coup. D’abord parce que c’était la princesse Leia. On a du mal à accepter que cette jeune femme meure un jour, et pourtant c’est ce qui arrive, la mort est au bout de tout, parfois plus tôt parfois plus tard. Ensuite parce que Carrie Fisher n’avait que 4 ans de plus que moi… Je reviens à ce que j’écrivais plus tôt, l’acceptation de la mort, ou son refus. Enfin, parce que George Michael venait de mourir le jour de Noël à 53 ans ! (Je crois que je dois avoir un problème avec Noël, la mort, mon âge, tout ça dans le désordre…)

Comme tout le monde j’ai lu des articles sur Carrie Fisher, et c’est là que j’ai appris qu’elle était la fille de Debbie Reynolds, ce que j’ignorais totalement. Je trouvais alors la coïncidence du film et du décès suffisamment frappante pour que je la remarque.

Or, comme on le sait, Debbie Reynolds a à peine survécu à sa fille, puisqu’elle est morte le 28 à l’âge de 84 ans. La vie aime à nous rappeler qu’elle peut être une tragédie.

Je ne vous connaissais évidemment pas, mais, Kathy Selden et Leia Skywalker, je vous avais bien aimé sur écran. Puissiez-vous vous retrouver quelque part par delà la mort.

Carrie Fisher & Debbie Reynolds

Actress Carrie Fisher and her mother, actress Debbie Reynolds. (Al Seib / Los Angeles Times)

Lecture :

Le lettre testament de Carrie Fisher à la princesse Leia

Carrie Fisher, reflet inversé de la princesse Leia

Légende d’Hollywwood, Debbie Reynolds est morte un jour après sa fille, Carrie Fisher

Voyage, voyage

La fin d’année 2015 a été un peu mouvementée pour moi. Rien de grave, juste un peu énervant. Ça a commencé début novembre par le vol de deux vélos, mon Bianchi qui avait à peine un an et mon vieux btwin que j’avais donné à mon beau-fils pour qu’il apprenne le métier… Je commençais à chercher un nouveau vélo quand, fin novembre, j’ai chuté en moto et me suis fracturé le poignet droit. Poisse quand tu nous tiens, mais je relativise.
Donc, repos forcé, plâtre, rééducation et nous voilà mi-mars, date à laquelle je suis allé m’acheter mon nouveau vélo. J’ai eu du temps de libre pendant mes six semaines d’arrêt, j’ai d’abord cherché dans l’occasion, leboncoin, trocvélo, pour trouver un équivalent à mon Bianchi. Puis j’ai pensé différemment, et si c’était l’occasion de changer ?
Mon Bianchi avec sa transmission en compact était plutôt typé course, comme le btwin auparavant malgré son triple, léger, le minimum pour rouler, deux roues une transmission, un cadre, un guidon. Sauf que je ne suis pas un coursier, un coureur, un cyclosportif. Je ne suis pas là pour faire des performances, pour faire des classements. Mon truc c’est faire des randonnées en vélo avec mes compagnons de club si possible, c’est d’aller loin plus que d’aller vite, d’ailleurs vite je ne peux plus et mon corps me le rappelle, mon genou, mes cervicales, mes lombaires.
Alors je me suis rappelé du concept des randonneuses, des vélos faits pour le cyclotourisme, pour aller loin en pouvant transporter des bagages, une tente éventuellement (même si ce n’est plus pour moi – mon corps toujours), des vélos qui disposent de garde-boues, d’éclairage, des vélos que la géométrie de leur cadre en acier rend beaucoup plus confortables et aptes à faire de longues distances. Parce que ça me titille. Faire de longues distances, d’abord des 200km (déjà trois à mon actif), puis passer à 300, 600 et pourquoi pas prétendre à faire Paris-Brest-Paris un jour (le prochain se déroulera en 2019). Un autre truc qui me dirait ce serait de joindre Paris à Londres en vélo en passant par Dieppe pour le ferry, le parcours est fait de routes, voies cyclables et même chemins. Et ça, ça n’est pas possible avec un vélo de route classique, sauf à monter des pneus increvables. Alors que pour un vtc aucun problème. Mais un vtc, comment dire, ce n’est pas très sexy. Vous voyez, guidon droit, large selle, béquille… Seulement on peut trouver un compromis qui s’appelle la randonneuse ou vélo de voyage ou vélo de randonnée.
A partir de là je me suis mis en quête du vélo non pas de mes rêves puisqu’ils ne vont pas de pair avec mon porte-monnaie mais du meilleur compromis entre le prix, les caractéristiques et l’allure. Et force est de constater que d’une part les grandes marques de vélos que l’on retrouve chez nos vélocistes ne font pas ou plus dans la randonnée (et introuvables en occasion) et que si on veut que ça soit fait en France il faut passer par le sur mesure, et là ça fait mal, on ne trouve rien en dessous de 2000€, et encore quand on veut tous les équipements d’une randonneuse on est plus près des 3000… Hallucinant.
Je me suis alors tourné vers d’autres cieux plus exotiques question vélo, comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne. Dans ces pays on construit des vélos de voyage, des touring bikes ou des audax bikes comme ils appellent chez les anglais. Et sur les sites en ligne anglais on trouve toujours un rayon touring avec un grand choix de randonneuses à des prix enfin abordables (autour de 1000€) : Elles ont pour nom Dawes, Jamis, Ridgeback, Genesis, Pashley. J’ai failli acheter par correspondance sur un de leurs sites, jusqu’à ce que je trouve deux sites français dont un avait des magasins à Paris.
Ils vendaient tous deux des vélos de la marque Ridgeback dont les prix allaient de 750 à 1500€ et au milieu de la fourchette à un peu plus de 1000€ le Ridgeback Voyage au nom si évocateur. Et quelle belle allure. J’y allais confiant aussi de par le retour positif que j’avais eu d’un blogueur spécialiste de la montée du col d’Aspin. J’ai fini par l’acheter chez Cyclable 12 et j’ai déjà quatre sorties à mon actif pour plus de 300km. Je commence à me refaire une santé (même si je confirme que la reprise est difficile après 5 mois d’inactivité) et à me familiariser avec mon Ridgeback : parce qu’il est lourd (13,6kg) mais solide (l’air de rien le vélo et moi on avoisine le quintal), les pneus sont plus larges que sur un route (32mm contre 23) mais passe-partout, les braquets sont ceux d’un vtt (48-38-28 à l’avant et 12 à 34 derrière) donc je me servirai plus souvent du grand plateau et les raidards ne me feront pas peur, le guidon se trouve plus haut que sur un route, quasi au niveau de la selle et je vous assure que mon dos en est très content.
Pour conclure, mon vélo me plait beaucoup, je suis bien dessus, il fait encore parler mes compagnons de route et ça c’est bien, mais pas seulement eux puisque l’excellent magazine « 200 Le vélo de route autrement » lui consacre deux pages, quel honneur pour ma randonneuse.
Et quoi de prévu cette année sur mon vélo ? Hormis les sorties dominicales classiques en vallée de Chevreuse ou dans l’ouest parisien je me suis inscrit sur Versailles-Chambord (222km) en juin, puis je pense faire Pantin-Joigny (210km) en juillet, et en septembre Levallois-Cabourg (220km), de quoi bien rôder ma machine.

ridgeback_voyage

 

Amabilités cyclistes

Je suis depuis quelques temps à la recherche d’un nouveau vélo depuis qu’on m’a volé mon beau Bianchi au début du mois de novembre. Je n’en ai pas parlé ici, j’avais la tête un peu ailleurs. Néanmoins, je furète, je farfouille sur internet. D’abord ce fut pour tenter de retrouver mon vélo parmi les sites de ventes d’occasion, puis pour m’informer de celui que j’allais devoir m’acheter.

C’est ainsi que j’ai récemment vu cette annonce sur le site leboncoin :

lbc_annonce_ridgeback

Et voici la photo jointe :

annonce_lbc_ridgeback_photo

Deux choses m’ont interpellé :
– D’abord, j’ai remarqué que d’après la photo jointe à l’annonce ce vélo est un Ridgeback Voyage de 2015 qui est vendu neuf sur le net ou en magasin plus ou moins 1000€ :
http://www.veloclic.com/ridgeback-voyage-2015.html
http://www.cyclable.com/1761-velo-randonnee-ridgeback-voyage.html
Or, le vendeur dit l’avoir acheté 1200€ ?!? Et qui plus est, à l’état neuf ce modèle est vendu de série avec ses garde-boue et un porte-bagages, alors qu’ils ont été retirés de ce vélo.
– La deuxième chose est le ton employé, du moins les mots choisis : « les offres farfelues à 700€, vous vous les gardez, suis pas à paillol, ne part (sic) pas en Afrique non plus »
Étonnant de la part d’un vendeur de s’adresser de la sorte à ses acheteurs potentiels. Et si une bonne âme pouvait me dire ce que signifie l’expression « être à paillol », parce que je ne vois pas.

Je me suis dit alors que j’allais faire profiter le vendeur de mes réflexions. Voici ce que je lui ai adressé :

lbc_annonce_ridgeback_02

Ce à quoi mon vendeur m’a répondu :

lbc_annonce_ridgeback_03

« Et je vous emmerde… » ? Merci cher « mirmillon34 », moi qui étais si « cordial ». Mirmillon ? Quelle idée ? Tu aimes les films sur les gladiateurs ?

Je n’ai pas insisté, allez savoir pourquoi.

Je ne peux pas je suis chanteur

« Si je n’étais pas chanteur, je prendrais une arme et j’irais les combattre ». C’est ce qu’a dit Johnny Hallyday au Parisien après les attentats du 13 novembre.

Courageux de la part d’un grand-père de 72 ans, c’est ce qu’on peut se dire. Courageux ? Peut-être pas tant que ça. Pourquoi ?

Vu son âge avancé, on ne demandera jamais à Johnny d’aller combattre daesh.

Et pourquoi d’ailleurs lui demanderait-on d’y aller ? Il n’est ni militaire ni flic et son service militaire date de 1964 !

Et il est chanteur ! Donc il ne peut pas y aller, c’est lui qui le dit. S’il avait été informaticien, footballeur, fonctionnaire, chômeur, barman, musicien, chauffeur de taxi, marin, caissier, écrivain, employé ratp, boucher-charcutier, plagiste, cosmonaute, berger, journaliste, vendeur, banquier, chaudronnier, avocat, dessinateur, fleuriste, cinéaste, vétérinaire, astronome, boulanger, acteur, carreleur, bijoutier, architecte, coiffeur, ergothérapeute, ingénieur, mécanicien, libraire, maçon, pharmacien, antiquaire, professeur, webmaster, et j’en passe, alors c’est sûr qu’il y serait allé, combattre daesh, la fleur au fusil. Ce qui laisse sous-entendre que les professions précitées devraient tout laisser tomber pour aller casser du djihadiste ? Sacré Johnny va !

N’empêche, grâce à jojo, je me suis trouvé une excuse de plus, après « je ne peux pas j’ai piscine » et « je ne peux pas j’ai poney », maintenant c’est « je ne peux pas je suis chanteur » !