Couple nu au crayon

C’est une première, aujourd’hui c’est deux modèles qui posent. Un homme et une femme, lui est danseur et elle (Elena) est contorsionniste, qui connaissent bien leur corps. Des enchainements de poses où l’un (l’une) venait s’imbriquer sur et contre l’autre. Au crayon.

couple_001

couple_002couple_003 couple_004 couple_005 couple_006 couple_007

Publicités

Femen academy

FEMEN_logoLe mouvement Femen prend beaucoup d’ampleur. Rappelons nous, ça a commencé en Ukraine, c’est passé notamment  par la France, pour se trouver maintenant en Tunisie.

Personnellement, je ne suis pas contre ce type de manifestations, c’est très esthétique, et sur le plan efficacité ça a l’air de marcher. En tout cas les Femen attirent les regards et les caméras des reporters. Elles n’ont pas besoin de parler, leurs corps dénudés sont les banderoles où sont inscrites leurs revendications.

Ces corps justement. Je me pose une question : Y a t il un casting pour intégrer un mouvement Femen ? Un âge et des mensurations requis ? Faut-il amener son book ? Tiens, si je n’étais pas si paresseux j’aurais bien dessiné un gag où l’on verrait des jeunes filles, style mannequins, faisant la queue pour un casting organisé par…les Femen…

Et vous aurez noté, j’espère, que j’ai réussi à vous parler des Femen sans vous en montrer ne serait-ce qu’un sein !

Femme soumise

chaanie-sp2Régulièrement, je recherche sur le net des pages web traitant de ce sujet… J’ai toujours aimé lire les thèses extrémistes religieuses ou/et sectaires. Pourquoi ? Parce que j’aime étudier la rhétorique utilisée pour convaincre, j’aime voir l’aveuglement pour mieux m’en préserver. Je suis toujours fascinée par ces groupes de personnes qui défendent des points de vue réactionnaires avec une sincérité et une naïveté aussi désarmantes que dangereuses. Un exemple ? Allez voir là : forum chrétien. Pour un peu on leur servirait le thé, non ? Et ci-dessous, une explication documentée de la nécessité de soumission de la femme à son mari que j’ai trouvée sur ce site: Bible-ouverte.

« Dans tout travail qu’on fait ensemble à deux, il faut que l’un prenne les décisions. Dieu a confié cette responsabilité à l’homme, en premier lieu, tout comme Christ est le chef de l’Église, l’homme est le chef de la femme. 1 Co 11:3. Mais à autorité accrue, responsabilité accrue ! C’est ce que Christ fait parfaitement et l’homme bien imparfaitement, hélas. Je donne ci-dessous 2 passages que vous connaissez certainement, mais c’est pour faire ressortir que l’homme doit assumer sa responsabilité de chef et que la femme doit souvent faire preuve d’une double dose d’amour. Ep 5:22-25 « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. __Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle »__ Si l’homme aime insuffisamment sa femme, s’il assume mal sa fonction de chef, la femme doit tout de même prouver son amour par sa conduite : 1 Pi 3:1 « Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes« .

Édifiant,non ?

L’argument majeur des hommes (et des femmes) qui prônent cette soumission, est donc bien sûr l’enseignement de Dieu.
C’est commode. Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est de savoir, de comprendre, ce que signifie réellement la soumission dans ce contexte. On peut lui faire dire tellement de choses à ce mot…D’une certaine façon, cette conception du couple me séduit. Si, je n’ai pas honte de le dire.

Par exemple, si la soumission c’est rester à la maison à claquer le pognon que mon seigneur et maître ramène
consciencieusement, choisir des robes de soirée, choisir un bon traiteur, recevoir les collègues de mon époux autour d’un bon dîner avant de subir ses assauts furieusement virils… je crois que je veux bien commencer à y penser. Si en plus mon seigneur est grand, fort, sécurisant…Je signe tout de suite, faites de moi une femme soumise ! Le problème, c’est qu’il faut choisir la perle… Un hybride chimérique…Un genre de Charles Ingalls

pour le côté « je suis droit, loyal, bon et courageux, je souris quand je te porte, même pas mal » mâtiné de :

  • Conan le Barbare


Pour le Tais-toi Femme, moi parler

  • d’Aragorn

pour le côté « je suis le roi des scouts, je parle aux chevaux, tu sais que la bruyère c’est confortable ? Laisse moi accrocher cette fleur dans tes cheveux. »

  • avec quand même beaucoup de jack :

pour le « Je suis beau, je sens bon le sable chaud, tu as vu mon gros pistolet ? »

  • mais aussi de Sean :

pour le côté Je n’ai pas la classe…Je suis la classe

  • Et last but not least, une touche de Prince authentique


pour le flegme, la délicatesse, la féminité…

Cet homme n’existant pas…Je continuerai donc à être insoumise (navrée T. tu ressembles à William mais rien qu’à William…) , à prendre soin de mes intérêts, à ne pas me laisser pousser les cheveux jusqu’aux genoux, je ne ferai pas le ménage sans râler, je continuerai à parler même quand on ne me le demande pas etc. Adieu veaux, vaches, Charles, Aragorn, cochons, Conan et et les autres…Faut pas pousser mémé non plus. Je préfère le partage, l’union équilibrée.

Euh, tu veux manger quoi ce soir chéri ?

 

Femme soumise. – Blogo ergo sum (cliquez)

La journée de la Femme

chaanie-sp2A quoi sert la « Journée de la Femme » ? Cri féministe sur-aigu:  » A parler des femmes et de leur statut dans la société, de leur exploitation sexuelle, à dénoncer les violences verbales et/ou physiques auxquelles elles sont exposées, les injustices dont elles font les frais etc. » Oui, c’est vrai. Cette journée est en effet le théâtre d’interventions visant à informer les femmes de leur droit et à rompre le silence sur les pratiques scandaleuses et inhumaines qui sont le quotidien de certaines -malheureuses- d’entre-elles. Oui, c’est une façon sans doute de mettre en lumière l’espace de quelques heures sur la scène nationale, les sujets sensibles dont tout le monde se contrefout au quotidien. Et pourtant, que la première ou le premier qui trouve cette initiative révolutionnaire et incontestablement adaptée me jette le premier soutien-gorge. Moi, je suis désolée, ça doit être mon côté rebelle-frigide-misogyne mais ça m’énerve, ça m’horripile même. D’abord, parce tout ça a un arrière-goût de démagogie franchouillarde (vous savez, le coup de la Patrie des droits de l’Homme), ensuite parce qu’il ne faut pas surestimer l’intelligence de certains de nos concitoyens, ainsi, ai-je pu lire hier matin sur la devanture d’une boutique de fleuriste cette invitation péremptoire et un rien stressante :

MESSIEURS, AUJOURD’HUI FÊTE DE LA FEMME, OFFREZ DES FLEURS !

Mais oui mon bon monsieur, la fête de LA femme (j’insiste particulièrement sur cet article défini qui nous fond toutes en une seule et même entité et nous désigne un peu à la manière des foires d’antan : « la foire de la vache charolaise », à titre d’exemple très personnel et absolument contestable, ne m’en déplaise), la fête de LA femme disais-je, c’est un peu comme la fête des grands-mères (notez que là, on ne dit pas la fête de LA grand-mère ce qui déjà devrait mettre Madame la fleuriste sur la voie), la fête des secrétaires (si, cela existe), la fête des pères et tout le toutim, même combat quoi… Sauf que non, justement, « la fête de la Femme », c’est pas tout à fait ça Madame la fleuriste. C’est plus profond, moins motivé par des ambitions mercantiles, plus noble, plus éthique en somme… Enfin, a priori… Enfin, originellement… Et là, je ne suis même plus sûre de moi.

Parlons donc des maux infligés à LA femme, applaudissons les heureuses et courageuses initiatives des associations de défense des droits des femmes, mais pitié, qu’on ne retire pas à cette « journée » qui peine déjà à ne pas n’être qu’un ridicule exercice d’hypocrisie gouvernementale (A quand la journée de L’Handicapé ? Trop glissant le terrain ?) le peu de sérieux qu’on peut être tenté de lui accorder en demandant aux messieurs de célébrer notre divine féminité à coup de bouquets de fleurs.

A méditer : En France, on a la « Semaine du goût » et la « Journée de la Femme »…Toutes deux initiatives gouvernementales.

Je laisse le mot de la fin à Monsieur Pierre Desproges, féministe intelligent : « Une femme sans homme, c’est comme un poisson sans bicyclette. »

La journée de la Femme. – Blogo ergo sum (cliquez)