Liaison dangereuse

J’aime bien lire les news sur le site du nouvelobs.com. On dit « qui aime bien châtie bien », alors, quand je lis des termes tels que « l’hernie » ou « son hernie » dans un même article, je sors mon flingue.
Comme nous le savons tous la langue française comporte certaines subtilités comme le h aspiré. On dit d’un h placé en début de mot qu’il est aspiré quand il empêche toute liaison ou toute élision avec le mot précédent.
Dans le cas présent « hernie » est un nom féminin dont le h est aspiré (pour le savoir, il suffit d’ouvrir un dictionnaire). Il aurait fallu écrire « la hernie discale » et « sa hernie discale ».
Je note que la pratique du h aspiré est un peu ardue dans les jeunes années de nos bambins. Qui n’a jamais dit quand il était enfant qu’il n’aimait pas manger des zaricots verts ?
Autre exemple,  on parle des handicapés. C’est bien de parler des handicapés. Seulement, beaucoup diront « les zandicapés », « unandicapé », alors que le h est aspiré. Il faut donc dire les-handicapés, un-handicapé, sans aucune liaison.
Il va sans dire que ces fautes sont largement répandues dans le langage parlé et on fait avec. En revanche, quand ça vient polluer l’écrit je n’excuse plus. Comment peut-on écrire « l’hernie » ou « l’handicapé » quand on est rédacteur sur un site d’information ? 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s