Nightwish, concert du 24 mars 2009, Paris-Zénith

Ben voilà, il ya plus de 8 jours j’étais au Zénith pour voir et écouter Nightwish. J’ai connu ce groupe en 2005 au hasard de mes recherches sur internet. Ils avaient publié à cette époque cinq albums studio et un album live. J’ai de suite accroché à cette fantastique alchimie entre une musique faite de synthés (Tuomas Holopainen) et de sons métal et la voix de la chanteuse (Tarja Turunen) hors norme. Depuis la chanteuse a été remerciée (pour d’obscure raisons à mon avis) et remplacée par une autre chanteuse (Anette Olzon) après un excellent dernier album live au titre révélateur (End of an Era). En 2007 parait Dark Passion Play. J’avais écrit à cette époque que je trouvais intéressante la voix d’Anette Olzon et qu’il n’y avait aucune comparaison possible.

En allant voir ce concert je m’étais mis en tête que les gars de chez Nightwish, notamment Tuomas Holopainen de par son statut d’auteur-compositeur-patron, avaient recruté une chanteuse qui sans être Tarja Turunen avait les capacités de reprendre son répertoire, au moins le plus connu.

Aujourd’hui encore je me pose la question. Parce qu’à l’applaudimètre c’est sûr qu’Anette Olzon a conquis son public. Mais où commence l’attitude du fan de base et où s’arrête son esprit critique, je vous le demande.

Pour tout vous avouer, à la fin du concert je me sentais presque en colère, j’étais déçu, je sentais qu’on m’avait trompé.

Je dis que j’étais déçu. Par la chanteuse, pas par les musiciens. Jukka Nevalainen à la batterie est très bon, Empu Vuorinen à la guitare est excellent, Marco Hietala à la basse et au chant est magistral. Reste le cas Tuomas Holopainen à ses synthés. En fait, pendant le concert j’ai vu un Holopainen (attifé d’un t-shirt sans manches rouge comme je n’en porte plus depuis 1984) qui posait ses doigts sur des claviers dans une espèce de barque (penser à parler du décor kitsch). Je n’ai jamais pu ou su faire la différence entre les (longs) moments où il était certain qu’on entendait une bande-son et ceux où notre clavier devait normalement jouer. Oui, ça m’a gêné d’entendre la copie parfaite du morceau enregistré en studio, vous voyez ce que je veux dire ? Un concert est un instant qui ne se reproduira plus, je trouve que la partie synthés de ce concert ne peut pas normalement être identique à ce qui a été enregistré des années auparavant. Enfin, c’est mon avis.

Donc la chanteuse (que je me suis surpris à appeler « choriste de Nightwish » tellement le niveau de Marco Hietala est meilleur au chant alors qu’en plus il joue de la basse). Je n’ai rien contre elle, je ne la connais pas, elle chante certainement très bien (je l’ai même écrit un peu plus haut), mais je crois qu’on aurait dû être prévenus que ce qu’on entendrait le 24 mars dernier ne ressemblerait en rien à ce qui avait été enregistré en studio pour ce qui est des morceaux issus de l’ère Turunen. Autant pour le clavier c’était la copie conforme que pour la chanteuse la plupart du temps elle n’y était pas du tout. Elle a réussi à quelques reprises à accrocher la tonalité de Tarja Turunen, puis le reste du temps c’était n’importe quoi, au lieu des belles envolées lyriques on a eu droit à des «nananana», c’est du vol ! Je disais à ma jolie accompagnatrice que cette chanteuse me faisait penser à tout sauf à la chanteuse d’un groupe de métal. On aurait dit une chanteuse de karaoké qui souffrait même sur ses propres chansons (elle n’a assuré que sur le titre Amaranth), elle était accoutrée d’une espèce de robe et de bas résille façon demoiselle d’honneur, elle gesticulait comme dans les plus belles heures des clips vidéos new wave des années 80. En tout cas ma jolie accompagnatrice a trouvé qu’elle avait une voix à la Cyndi Lauper. Ah, on est bien loin de Tarja Turunen.

Voilà, vous comprenez,  je suis déçu par la compétence d’Anette Olzon à reprendre le répertoire de Nightwish d’avant elle, soit cinq albums contre un !, je suis déçu par l’absence de son live des musiciens (autant chanter sur une bande son), je suis déçu par le décor que j’ai qualifié plus haut de kitsch (une espèce de proue de barque, une grande ancre marine, autant ne rien mettre, une scène, un groupe, et envoie la gomme), je suis déçu par les va-et-vient permanents de Vuorinen, Hietala et Olzon quand ce n’était pas à eux de jouer ou chanter (imagine le bordel dans un orchestre symphonique si les musiciens vont et viennent au gré de la partition) et enfin je suis déçu que Nightwish ait choisi d’élaguer son répertoire pour compenser le manque de qualité de sa chanteuse.

Pour preuve voici la setlist du concert :

 

Et non, le compte n’y est pas. Il manque parmi les meilleurs morceaux du groupe, mais peut-être trop marqués Tarja Turunen comme Stargazers, The Kinslayer, Ever Dream, Elvenpath, Bless The Child, Sleeping Sun, She Is My Sin, Over The Hills And Far Away, Sacrament Of Wilderness ou Wishmaster. La plupart de ces morceaux sont ceux qui ont permis que Nightwish produisent leur dernier album et tournent autour du monde. Je ne comprends pas. Wishmaster, The Kinslayer, Bless The Child c’est un peu leur Satisfaction, leur Let It Be, et parce que le groupe change de chanteuse exit ces morceaux. Je suis déçu du manque de cas que le groupe fait de la demande de son public.
Pour terminer ce compte-rendu, je dirai que ma jolie accompagnatrice a beaucoup aimé. A sa décharge c’est la première fois qu’elle écoutait Nightwish. On me dira que c’est donc un avis totalement impartial.

Dernière chose, enfin, là c’est vrai : Devinez ce qu’ils ont fait chanter à la quasi totalité du public du Zénith à la fin du concert ? Allez, un effort. C’est une chanson traditionnelle française. Quand vous saurez les bras devraient vous en tomber. Bon, je vous mets une petite vidéo trouvée sur Youtube :

Publicités

Une réflexion sur “Nightwish, concert du 24 mars 2009, Paris-Zénith

  1. salut frère d’armes! je rejoins ton point de vue en y apportant un bémol cependant : j’ai vu nightwish à toulouse en avril 2008, parce que je suis un fan inconditionnel depuis quelques années (les anciens albums usent ma platine CD en boucle) J’ai été comme toi déçu de la performance d’Anette,parce que j’avais en tête la voix de Tarja.Et il est vrai que son organe ne colle pas du tout aux anciennes compos.Ceci étant dit il se trouve que j’ai fait une frustrée en allant à ce concert,c’est ma fille de neuf ans,qui connaît tous les morceaux par coeur,et que je n’ai pas voulu prendre avec moi pour des raisons de sécurité.En voyant que la salle était adaptée pour acceuillir des enfants (dans les gradins),j’ai décidé de l’emmener voir ses idoles à Paris le 24 mars.Je n’oublierai jamais ce visage de petite fille qui s’illumine quand les premières notes s’élèvent et que la scène s’éclaire,elle en pleurait..Ce show a donc pour moi une valeur sentimentale énorme,et je crois avoir gagné sa reconnaissance à vie (je lui rappellerai pendant la crise de l’adolescence) Bonne route à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s