Ce momo d’Artaud

chaanie-sp2« Que mes phrases sonnent le français ou le papou, c’est exactement ce dont je me fous, mais si j’enfonce un mot violent, je veux qu’il suppure dans la phrase comme une ecchymose à cent trous, on ne reproche pas à un écrivain un mot obscène parce qu’obscène, on le lui reproche s’il est gratuit, je veux dire plat et sans gris-gris. Mais que le mot sente sa violence dans la phrase tranchée qui le suit comme un membre tranché à vif, qui ne dira que ça suffit, qu’un poète pousse des cris, c’est bonne broche pour l’infini peut-être, mais ce n’est soulageant pour lui qu’à partir du jour où il a réussi à trouver ses mots de telle sorte que lui parti, ils se répondent comme sans lui dans la phrase d’un texte écrit, et qu’il sente quand il les relit que ses mots le rappellent à eux comme il les appelle à lui.

Point n’est besoin de grammaire, de syntaxe ou de verbe pour cela (cette espèce de non-produit), mais que les mots enflés de sa vie s’enflent ensuite tous seuls de vivre dans la b a-ba de ses écrits. Ce qui veut dire que j’ai toujours écrit pour des analphabètes, et que les alphabets pour me comprendre auront besoin d’oublier l’abécédaire de la grammaire et de revenir à son b a-ba. Qu’on ne me reproche pas après cela des outrances ou des horreurs verbales, des chausse-trappes grammaticales, des excès de terme ou de ton, ces outrances sont-elles sanglantes, horrifiantes comme les bubons d’une peste dont nous les hommes nous crevons, ou sont-elles à pleurer devant moi de pitié et de dérision pour la flatulence fripée des termes, et la mauviette des mots niais, dont je perce le mal au front ?

Antonin Artaud. Première version du préambule à ses Œuvres Complètes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s