Comment ça vous n’aimez pas lire ?

chaanie-sp2« Tu me fends le cœur petit, tu me fends le cœur« . Voilà ce que je vous aurais dit si j’avais été une vieille fille de Marseille.

Je ne suis pas une vieille fille de Marseille, mais vous me fendez le cœur quand même. Je crois que j’ai commencé à vivre le jour où l’on a mis entre mes petites mains un de ces objets divins que sont les livres. Que vous puissiez ne pas les aimer, me déchire un peu. Que de bonheur vous glisse injustement entre les doigts…

Plus pour longtemps, si pour vous lire est un supplice ( ouille, que tu me fends le cœur petit), il est un moyen, mes sœurs, mes frères, en vérité je vous le dis, de dépasser ces réticences, Alleluia ! Simple : laissez d’autres s’en charger pour vous… J’ai découvert cela il y a peu de temps sur les conseils d’une amie qui en plus de ses lectures écoutait des livres lus par des professionnels afin de diversifier les plaisirs et – elle ne s’en cachait pas, et du coup moi non plus- compléter ses connaissances littéraires en vu du capes de Lettres Modernes.

Diversifier ? Oui, et n’en déplaise aux puristes élitistes, décupler parfois le plaisir. Pensez au bonheur, à l’extase que vous ressentirez quand, écrasé(e) entre deux personnes dans le RER, dans le bus, dans le métro alors que la morosité englue tout ce qui vous entoure, vous succomberez, vous vous abandonnerez à la voix qui vous lit les plus beaux textes de la littérature. Écoutez « En attendant Godot » de Beckett interprété par des acteurs virtuoses, écoutez tous ces livres que vous ne lirez pas… Je lis beaucoup, et même quand je ne lis pas, je lis encore et plus un moment de mes solitudes qui ne soit empli de cette multitude de voix qui m’émeuvent, me chavirent, m’indiffèrent, me déçoivent, me comblent enfin.

Qui n’a pas regretté de n’avoir jamais lu Proust, Céline, Camus… n’ayez aucun scrupule à les écouter, lus, interprétés pour vous. Dans toute bonne médiathèque vous trouverez ces cassettes et cds, véritables trésors (il vous en coûtera quelque chose comme 30 euros d’abonnement pour l’année).

Une prière, un désir : que la voix vous amène au texte, que vous soyez jaloux de celui ou de celle qui vous livre les émotions que vous auriez pu, que vous auriez dû découvrir au fil de votre lecture et que soudain vous preniez ces objets de jouissance, qui portent en eux les clefs de cette infinité de portes qu’il vous reste à ouvrir sur vous-même : les livres.

Moi lyrique ? Jamais…

Lire – Blogo ergo sum (cliquez)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s